Après l’infrastructure, les voies et les aiguillages, poursuivons la découverte des principales étapes de la construction de ce réseau étagère à l’échelle Zéro.

L’infrastructure (suite)

Comment assembler les 2 modules ? Avec des chevilles de bois, des boulons et des écrous à frapper, …

Il existe différents dispositifs pour assembler des modules, le nec plus ultra étant le dispositif décrit par Claude Loriol dans le n° 599 de Loco Revue, la liaison isostatique.

J’ai opté pour des boulons et des écrous à frapper ainsi que des dispositifs d’alignement (chevilles en métal de Station Road Baseboards). Ces dernières garantissent un alignement “presque” parfait du 1er coup lors du montage du réseau.

A quelle hauteur doit être présenté un réseau? 0,80m (la hauteur d’un tréteau), 1,30m (le compromis retenu par beaucoup), …

J’ai opté pour 1,30m, les pieds reprenant un principe en partie adopté sur les modules junior et utilisé sur des modules de l’AMAL. Cette hauteur permet de réaliser une exploitation debout ou à défaut sur un tabouret de bar de ce type.

Des tirants pied/porteur ainsi que des entretoises permettront d’assurer une bonne stabilité de l’ensemble.
Des pieds réglables permettront d’ajuster la hauteur du réseau afin d’assurer la planéité de l’ensemble.

Astuce : Un peu de savon ou de cire au niveau de la partie du pied qui s’emboîte facilitera la pose et dépose en cas de transport.

Au final, le résultat avec les tréteaux pour comparaison.

Quel fond de décor pour ces 2 modules?
Le fond de décor est indispensable pour mettre en valeur la scène (cf. les 11 commandements). Du plus simple peint en bleu au plus artistique en passant par l’utilisation de photographies, il doit permettre de créer l’illusion en intégrant la scène à un plausible lieu où chaque visiteur pourra s’y retrouver.

Afin de permettre un transport plus aisé, l’arrière-plan sera démontable. Fixé avec des boulons et des chevilles en laiton, cette solution répond aux différentes contraintes. Il ne reste plus qu’à trouver une solution durable pour que le raccord entre les 2 panneaux soit le plus invisible possible. Quant à la hauteur du fond décor, elle devra tenir compte en particulier de la hauteur d’exposition des modules pour créer une véritable scène de théâtre.

Mais doit-on respecter des rapports précis et harmonieux? Sans aller jusqu’au nombre d’or, Cyril Ducrocq, l’animateur de Trains d’Antan, a donné des réponses dans un article paru en mars 1986 (Loco Revue, n°480, page 187). Dans le cas de la Rue d’Abbeville, le fond de décor fait 37 cm de haut pour une profondeur de module de 50 cm sachant qu’un bandeau intégrant l’éclairage devra être mis en place pour finaliser le tout, la voie étant à 130 cm du sol.

Au final, le réseau et son fond de décor en attente de peinture. Cliquez sur les photographies pour les obtenir en grand format

A suivre…

Tags: , , , ,

Leave a Reply